Proust, le concert retrouvé

The New Yorker
Langlois de Swarte and Williencourt deliver an idiomatic performance, with a warmly singing violin line poised above cleanly articulated piano textures.

Le Figaro
“Bien plus que le témoignage anecdotique d’une soirée reconstituée, un disque aux parfums délicieusement contrastés mais où flotte un délicat parfum de nostalgie, sublimé par le choix d’instruments de l’époque (…). Véritable paraphrase du Temps retrouvé, cet album qui vient célébrer les 150 ans de la naissance de l’auteur est surtout un fascinant condensé des sources musicales sur lesquelles s’appuie l’écriture de La Recherche.

Classica  (avril 2021) – Jérôme Medelli
“Au moyen des Stradivarius Davidoff de 1708 et d’un piano Érard de 1891 confiés par le Musée de la musique, Théotime Langlois de Swarte et Tanguy de Villiencourt nous font revivre la soirée avec esprit(s). Théotime Langlois de Swarte démontre une sensibilité sans emphase.

Classiquenews  (mars 2021) – Alain Cochard
Disque de la semaine
“Quelques mois après un merveilleux disque intitulé « The Mad Lover », réalisé avec Thomas Dunford (Harmonia Mundi), Théotime Langlois de Swarte apporte une nouvelle preuve de son art ­– et de son éclectisme ! De la musique baroque (on le connaît bien comme membre du Consort de Justin Taylor) à des répertoires très récents, le violoniste apporte à tout ce qu’il touche une poésie et une justesse de sentiment qui signalent un interprète hors du commun.